Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonne recette

Publié le par Nouvelles du silence


"Vous êtes déprimé, vous avez envie d’y voir clair. Vous trouvez l’époque confuse, grégaire, corrompue, bassement commerciale, lâche, fade, criminelle, nulle, absurde. Vous allez à la bibliothèque, vous choisissez des livres de "la  Pléiade". Vous emportez avec vous treize tomes de la Correspondance de Voltaire et un volume de ses Contes. Vous ajoutez un Rabelais, un Montaigne, un cardinal de Retz, un Pascal, un La Bruyère, un La Fontaine, deux Molière, un Bossuet, trois Sévigné, deux Montesquieu, huit Saint-Simon, un Diderot, un Sade, deux Chateaubriand, deux Stendhal, quatre Proust, quatre Céline. En tout, cinquante volumes. Quoi, uniquement des français ? N'êtes-vous pas suspect de sympathies nationalistes réactionnaires? Vous ignorez l'objection. Vous disparaissez le temps qu’il faut, vous vivez modestement en zappant ferme votre télévision, vous ne cessez pas de lire. Puis, vous revenez : la cure a été sévère, mais la France vous paraît maintenant un paradis méconnu. Vous êtes guéri, souple léger, insoupçonnable. Le bruit, la vulgarité, la bêtise vous laissent de marbre. Tout est pour le mieux dans le pire des mondes possibles."

Philippe Sollers, La guerre du goût

Commenter cet article