Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salah Stétié

Publié le par Nouvelles du silence


Le coeur veut marcher, les genoux dormir.

                                ***

"Les bras m'en tombent". Métier d'avenir : balayeur de bras. 

                                *** 

L'âme jamais ne rit.

                                ***

Remets ton masque pour que je te reconnaisse.

                                ***

Chacun, de sa larme secrète, arrose une fleur connue de lui seul.

                                ***

Par défaut de nuit, beaucoup de ce qui s'écrit manque de langue. Par défaut de langue, beaucoup de ce qui s'écrit manque de nuit.

                                *** 

Seul compte ce qui ne compte pas. Principaux perdants : les comptables.

                                ***

Mettre un point à la fin d'une phrase évite l'inondation.

                                 *** 

On appelle culture ce qui tire le meilleur parti du désastre. On appelle civilisation une halte entre deux désastres.

                                ***

Pire que le labyrinthe : la ligne droite. Avec le labyrinthe, on ne sait pas. Avec la ligne droite, on ne sait plus.

                                ***

Je pense, donc je nuis.

                                ***

J'appelle âme ce qui ne cicatrise pas.

                                ***

Histoire : beaucoup de brutes pour rien.

                                ***

Pourquoi l'arbre est-t-il si souverain? Parce que seul, parmi tous, il ne se déplace pas et que tout vient à lui pour lui payer tribut.

                                ***

"Merci" - "De rien" : seul dialogue imaginable entre la vie et la mort.

                                 ***

Civilisé veut dire colonisé.
La poésie décolonise.

                                 ***

Ce que tu donnes et qui est refusé revient te trancher la gorge.

                                 ***

Religion du rideau de fer pour une civilisation de boutiquiers. 

                                 ***

Tous parlent de la mort de Dieu. Personne n'a reçu de faire-part. On attend.

                                ***

Longtemps le chant de la haine attend. Puis il chante.

                                ***

"Laisser les morts enterrer les morts". L'Evangile a raison : ce qui est mort doit être tué. Parce qu'il n'en finit pas d'être mort. Et, mort, de tuer.

                                ***

Le miel des guêpes.

                                ***

Le pouvoir vit de la démission du poème.

                                ***


Je suis entré par effraction un peu partout. C'était moins détermination que faiblesse des serrures.

                               ***

C'est patrie, la couleur.

                               ***

Le paysage a du mal à ouvrir la fenêtre.

                               ***

Il y a un cheval dans la question.
Il y a un cavalier dans la réponse.

                               ***

Les pays appartiennent aux forts. Le monde appartient aux faibles.

                                ***

Comment écorcher le mot pour y trouver la chose; écorcher la chose pour y trouver la pierre; écorcher la pierre pour y trouver la plante; écorcher la plante pour y trouver le muscle; écorcher le muscle pour y trouver le sang; recueillir tant bien que mal le sang pour y trouver le rien; souffler sur le rien pour y trouver, mal en point et déglingué, mais vivant, le mot; presser le mot pour en extraire le peu de sens?
Comment faire tout cela en même temps? Paul Celan l'a fait.

                               

(Carnets du méditant, extraits, in collec. Bouquins) 



Commenter cet article