Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pierre Reverdy

Publié le par Nouvelles du silence

 

La poésie ne mène à rien, à condition de ne pas en sortir.


Quand on divorce d'avec le monde, il faut prendre les torts pour soi.


J'ai tellement besoin de temps pour ne rien faire, qu'il ne m'en reste plus assez pour travailler.


La vie est une chose grave. Il faut gravir.


Qui atteint son idéal n'avait pas d'idéal.


On ne trouve pas - on ne cherche pas. On écarte ou on reçoit.


Ce n'est pas le temps que je trouve long, mais le contretemps.


J'ai perdu mon temps, eh bien, il s'est envolé, n'en parlons plus. Maintenant montrez-moi celui que vous n'avez pas perdu.


En amour, la femme est plus maîtresse de son désir que l'homme. Elle ne montre pas cette brutalité, cette bestialité d'allure si désagréable que donne à l'homme son désir. Cela d'une manière générale et à dix pas. Mais si elle se laisse prendre dans les bras elle peut être pis que l'homme.


Elégant, c'est à dire détaché.


D'abord, mettons-nous bien d'accord sur notre désaccord.


Agir c'est vivre, contempler c'est revivre. L'homme purement actif n'existe pas.


Dans cet immense piège où succombent les éléphants, les souris vivraient fort à l'aise.


Il y a parfois trop d'intelligence dans un petit esprit.


Laissez passer le neuf, il n'y en aura jamais assez. Il en faut tant pour qu'il reste de chaque époque un peu de vieux qui dure.


La légèreté danse autour de la question, la lourdeur écrase la question, la frivolité ne se pose pas la question.


C'est life is money que le proverbe devrait dire, car, sur terre, tout se monnaye(...)


Si les oeuvres sont des rendez-vous on peut, pour les mieux juger, tenir compte à la fois de ceux qui les donnent et de ceux qui s'y rendent.


Vérité en deça, erreur au delà - non pas des Pyrénées, mais de la cloison.


Les révolutions sont utiles et grandes si l'on considère ceux qu'elle rabaissent. Elles paraissent nuisibles et misérables si l'on considère ceux qu'elles ont élevés.


Qui ne risque rien n'a rien - ce n'est pas toujours vrai. Qui risque tout n'a pas tout - c'est toujours vrai.


Si la flèche est empoisonnée, c'est qu'il l'avait d'abord trempée dans sa propre blessure.

(Le livre de mon bord)

Commenter cet article