Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Léon Bloy

Publié le par Nouvelles du silence


Quelques bribes de cette immense masse toujours en fusion - à peine peut-on s'en approcher encore aujourd'hui - qu'est son Journal :



Simon le Cyrénéen aide Jésus à porter sa Croix. Les chrétiens modernes mettent leurs croix sur le dos de Jésus.

                                                                                   *

L'histoire des Juifs barre l'histoire du genre humain comme une digue barre un fleuve, pour en élever le niveau.
Ils sont immobiles à jamais, et tout ce qu'on peut faire, c'est de les franchir en bondissant avec plus ou moins de fracas, sans aucun espoir de les démolir.

                                                                                    *

La splendeur du style n'est pas un luxe, c'est une nécessité.


                                                                                    *

Quand je veux savoir les dernières nouvelles, je lis Saint Paul.

                                                                                    *

Vous me dites que vous ne pourrez jamais vous plier "à la discipline d'un dogme". Mais, mon ami, personne ne le peut, personne ne peut rien en ce sens. Il y a la Grâce et  c'est tout.

                                                                                     *

L'antisémitisme, chose toute moderne, est le soufflet le plus horrible que notre Seigneur ait reçu dans sa passion qui dure toujours, c'est le plus sanglant et le plus impardonnable parce qu'il le reçoit sur la face de sa Mère et de la main des chrétiens.

                                                                                     *

Un artiste de talent montre tout ce qu'il y a à voir, un artiste de génie donne le désir de ce qui ne peut pas être vu.

                                                                                     *

La Sainteté n'est pas une chose si compliquée. C'est tout simplement une immense confiance en Dieu.

                                                                                    *

Le Tsar est le chef et le père spirituel de cent cinquante millions d'hommes. (...) Peut-être n'a-t-il réellement à sa charge, devant Dieu, que deux ou trois êtres humains, et, si les pauvres de son empire sont opprimés durant son règne, si des catastrophes immenses doivent résulter de ce règne, qui sait si le domestique chargé de cirer ses bottes, n'en est pas le vrai, le seul comptable? Dans les mystérieux arrangements de la Profondeur, qui donc est Tsar, qui donc est roi, et qui pourrait se flatter de n'être pas un domestique?

                                                                                     *

J'ai eu pour ancêtres des deux côtés, de très humbles ouvriers. Dès l'âge de quinze ans, j'en rugissais de désespoir. Alors je me suis fait marquis du Marquisat de Moi-même et j'ai bâti mon coeur comme une tour. Je vous serre la main à travers un de mes créneaux.

                                                                                      *

Quand on parle amoureusement de Dieu, tous les mots humains ressemblent à des lions devenus aveugles, qui chercheraient une source dans le désert.


                                                                                      *

La nuit des embellissements modernes est tombée sur toutes les choses lumineuses.(...)Tout ce que j'ai vu si grand et si fier, quand j'avais quinze ans, est devenu cette morne élégance bourgeoise qui procure le désespoir.

                                                                                      *

Je me sens comme captif dans quelque sale prison vitrée de corne, d'où je pourrais à peine soupçonner les formes lumineuses du monde divin qui est tellement ma patrie.

                                                                                      *

L'idolâtrie, c'est de préférer le Visible à l'Invisible.

                                                                                      *

Le visible est la trace des pas de l'Invisible.



                                                                                    
bloy

Le "Journal" en ligne :
http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?journbloy1

Autres textes en ligne :
http://fr.wikisource.org/wiki/Auteur:L%C3%A9on_Bloy

Commenter cet article

Marc 09/04/2011 19:32



Avec Léon Bloy, le silence me manque un peu...



Breuning Liliane 08/04/2011 14:26



MERCI (infiniment)