Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elias Canetti

Publié le par Nouvelles du silence

 

On fait une distinction entre les jours. La nuit, elle, n'a qu'un nom.

                                                          *

Ces âmes de vers de terre, comment leur faire comprendre qu'il importe de mépriser l'argent, même quand on en a besoin?

                                                           *

Celui qui se transforme beaucoup a besoin de beaucoup de préjugés. S'il s'agit d'un homme bien vivant, ceux-ci ne le dérangent guère; qu'on le juge à ses vibrations et non au poids de ses certitudes.

 

                                                           *

Chacun est nommé gardien de plusieurs vies et malheur à lui, s'il ne trouve pas ceux dont il a la charge. Malheur à lui s'il garde mal ceux qu'il a trouvés.

                                                           *

Il se console de son manque de succès par sa pureté.


                                                           *
Je veux mourir, dit-elle, et, d'un trait, elle but dix hommes.

                                                           *

Il parlait toujours d'amour et ne se laissait approcher par personne.

                                                           *

S'étonner de chaque vie : est-ce cela, la compassion?

                                                           *

On reproche aux autres leur différence comme s'il s'étaient engagés à être pareils.

                                                           *

C'est au milieu de nombreux croyants qu'il a le plus de peine à croire.

                                                           *

Il tendit l'autre joue si longtemps qu'on y épingla une décoration.

                                                           *

Joubert, le plus léger, le plus délicat des moralistes français, celui qui m'est le plus cher.

                                                           *

Il se saoule des défauts des autres : un poivrot de la morale!

                                                            *

Il y a des inimitiés dont il ne faut pas se priver. Se taire, c'est se corrompre.

                                                           *

(...) Je ne hais pas ce que je sais, mais d'habiter dedans.

                                                           *

Le battement des coeurs qui sont morts trop tôt : à leur place, la nuit, bat ton propre coeur.

                                                           *

Trop de chemins dans le langage : tout est tracé d'avance.


                                                           *

Sans les livres, les joies pourrissent.


                                                           *

Il cultive de la canne à sucre sur son amertume et vend la récolte suspecte au plus haut prix.

                                                           *

Combien de lectures ne s'épargnerait-on pas, si l'on connaissait plus tôt leurs auteurs! Peut-être toute lecture?

                                                          *

Parvient-on à la tranquillité par la précision? Celle-ci ne correspond-elle pas justement à la plus grande inquiétude?


                                                         *

Deux sortes d'esprit : ceux qui s'installent dans les blessures et ceux qui s'installent dans les maisons.

                                                         *

Peut-être n'existe-t-il pas un seul homme digne d'avoir un enfant?

                                                         *

 

Fatigué de tout ce qui ne s'est pas produit.

                                                         *

 

Ses grands livres sacrés qu'il ne connaît pas.Tellement sacrés qu'il n'ose pas les ouvrir.

                                                          *

(...) Il aurait donné sa vie pour s'alourdir d'une phrase qui fût de lui! Sa vie, oui, car alors il n'eût plus souhaité mourir. Mais il ne lui fut pas donné de découvrir des phrases à lui.(...) [A propos de Klaus Mann]

                                                         *

Des philosophes dans lesquels on s'éparpille : Aristote. Des philosophes qui permettent de dominer : Hegel.
Des philosophes pour se gonfler : Nietzsche.
Pour respirer : Tchouang Tseu.

                                                          *

Je ne peux plus rien lire sur une peuplade primitive. Je suis moi-même toute une peuplade primitive

                                                        
canetti elias1

(Extraits de Le territoire de l'Homme et de le Coeur secret de l'horloge, Réflexions 1942-1985)
Prix Nobel de Littérature en 1981.
Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Elias_Canetti

 

Commenter cet article