Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Douleur de l'enfant

Publié le par Nouvelles du silence


C'est seulement depuis le début des années 80 que la douleur de l'enfant est devenue un sujet de préoccupation, d'intérêt et de recherche. Auparavant, le concept de douleur chez l'enfant apparaissait quasi inexistant, en dehors de la fameuse "douleur dentaire" des nourrissons qui sert encore à expliquer de façon tout à fait présupposée la rupture du bien être de l'enfant.
Mais c'est seulement depuis le début des années 90 en France, qu'on a commencé à prendre en charge la douleur des enfants au sein de certaines équipes médico-chirurgicales et paramédicales particulièrement sensibilisées.

 

En effet l'enfant, d'autant qu'il était plus jeune, a longtemps était considéré comme un être immature, tant sur le plan physique que sur le plan de la pensée et du ressenti. En particulier il était admis, jusqu'à il n'y a pas encore pas très longtemps, que le nouveau-né et le nourrisson souffraient peu, voire pas du tout, en raison de leur immaturité neurologique. En somme, il était considéré comme un être insensible. En vertu de cette notion, il a été, par exemple, pendant des années recommandé de pratiquer les interventions chirurgicales chez les nourrissons de moins de 9 mois SANS utilisation de produits pour le protéger contre la douleur.

 

Or des recherches scientifiques fondamentales menées depuis 15 ans vont à l'encontre de la croyance que les nouveau-nés et les jeunes nourrissons ne souffrent pas, et montrent que les voies de transmission de la douleur se mettent en place très tôt durant la vie foetale et sont fonctionnelles avant la fin du 6ème mois de la grossesse, faisant que le plus jeune des prématurés est susceptible de ressentir la douleur.

Plus encore, il est prouvé maintenant que le nouveau-né (et le petit nourrisson) traverse une période d'hypersensibilité qui fait qu'il peut ressentir comme douloureux des stimulations qui ne le seraient pas pour un grand enfant ou un adulte, et cela en raison de la mise en place tardive de ses mécanismes de contrôle de la douleur (mécanismes inhibiteurs).

Ainsi, non seulement il ressent très précocement la douleur, mais de manière exacerbée.


Plus :  http://societe-histoire-naissance.fr/spip.php?article48

Commenter cet article