Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salah Stetié

Publié le par Nouvelles du silence



Le coeur veut marcher, les genoux dormir.


***
"Les bras m'en tombent". Métier d'avenir : balayeur de bras.


***
L'âme jamais ne rit.


***
Remets ton masque pour que je te reconnaisse.


***
Chacun, de sa larme secrète, arrose une fleur connue de lui seul.


***
Par défaut de nuit, beaucoup de ce qui s'écrit manque de langue. Par défaut de langue, beaucoup de ce qui s'écrit manque de nuit.


***


Seul compte ce qui ne compte pas. Principaux perdants : les comptables.


***
Mettre un point à la fin d'une phrase évite l'inondation.


***
On appelle culture ce qui tire le meilleur parti du désastre. On appelle civilisation une halte entre
deux désastres.


***
Pire que le labyrinthe : la ligne droite. Avec le labyrinthe, on ne sait pas. Avec la ligne droite, on
ne sait plus.


***
Je pense, donc je nuis.


***
J'appelle âme ce qui ne cicatrise pas.


***
Histoire : beaucoup de brutes pour rien.


***
Pourquoi l'arbre est-t-il si souverain? Parce que seul, parmi tous, il ne se déplace pas et que tout vient à lui pour lui payer tribut.


***
"Merci" - "De rien" : seul dialogue imaginable entre la vie et la mort.


***
Civilisé veut dire colonisé. La poésie décolonise.


***
Ce que tu donnes et qui est refusé revient te trancher la gorge.


***
Religion du rideau de fer pour une civilisation de boutiquiers.


***
Tous parlent de la mort de Dieu. Personne n'a reçu de faire-part. On attend.


***
Longtemps le chant de la haine attend. Puis il chante.


***
"Laisser les morts enterrer les morts". L'Evangile a raison : ce qui est mort doit être tué. Parce qu'il n'en finit pas d'être mort. Et, mort, de tuer.


***
Le miel des guêpes.


***
Le pouvoir vit de la démission du poème.


***
Je suis entré par effraction un peu partout. C'était moins détermination que faiblesse des serrures.


***
C'est patrie, la couleur.


***
Le paysage a du mal à ouvrir la fenêtre.


***
Il y a un cheval dans la question. Il y a un cavalier dans la réponse.


***
Les pays appartiennent aux forts. Le monde appartient aux faibles.


***
Comment écorcher le mot pour y trouver la chose; écorcher la chose pour y trouver la pierre; écorcher la pierre pour y trouver la plante; écorcher la plante pour y trouver le muscle; écorcher le muscle pour y trouver le sang; recueillir tant bien que mal le sang pour y trouver le rien; souffler sur le rien pour y trouver, mal en point et déglingué, mais vivant, le mot; presser le mot pour en extraire le peu de sens?Comment faire tout cela en même temps?
Paul Celan l'a fait.


(Carnets du méditant, extraits)

Commenter cet article